Actualités
2

Marisol TOURAINE à Loches & Chambray-lès-Tours

DSC_0067
Marisol TOURAINE était à Loches, samedi 25 mars 2017, où elle a rencontré les responsables de l’association « Les Petits Pas », qui organisaient leur braderie à l’espace Agnès Sorel. Elle est ensuite allée sur le marché de Loches, avant d’aller rencontrer les personnels enseignants et les élèves du lycée professionnel Emile Delataille et de la Maison Familiale Rurale, à l’occasion de leurs journées portes-ouvertes

Elle est ensuite allée saluer les responsables de l’Association Multimédia et Informatique de Chambray-lès-Tours, présidée par Philippe Le Roux à l’occasion de leur week-end annuel de présentation de leurs activités, en présence du Maire Christian GATARD.

Cliquez sur le cliché ci-dessous pour voir les photos de ces manifestations.

Marisol TOURAINE à Loches & Chambray-lès-Tours

4

Marisol TOURAINE à Veigné, Tours, Saint-Pierre-des-Corps, Sepmes, Ligueil, Vou & Chambray-lès-Tours

DSC_0049
Marisol TOURAINE a participé à différentes manifestations organisées en Indre-et-Loire ce vendredi 24 mars 2017.

A Veigné, elle a salué les commerçants et les organisateurs du « Marché de Printemps ».

A Tours, elle a participé au 5ème salon « Made in Val de Loire », organisé au Centre des congrès Vinci, consacré à l’industrie 4.0, en présence de nombreuses entreprises tourangelles.

A Saint-Pierre-des-Corps, accueillie par la Présidente Bernadette MOULIN, elle a rencontré les bénévoles et les bénéficiaires de l’épicerie sociale « Le Sac à Malices ».

A Sepmes, elle a visité l’entreprise familiale dirigée par Bastien DEBRUYN « Les Vergers de la Manse », qui produit et transforme des fruits depuis 1987, en présence de la Maire Régine REZEAU.

A Ligueil, accueillie par Isabelle FAUTREL, Présidente des « Brod’rieuses », elle a visité le salon de la broderie, en présence du Maire Michel GUIGNAUDEAU.

A Vou, elle a échangé avec les membres du conseil municipal, réunis autour de leur Maire Jean-Marie VANNIER.

A Chambray-lès-Tours, accueillie par le Président du club Yves GUERIN et le Maire Christian GATARD, elle a donné le coup d’envoi du match de hand-ball qui opposait le Chambray Touraine Hand-Ball à Besançon, après avoir remis le trophée de la meilleure joueuse du mois de janvier à Mouna CHEBBAH.

Cliquez sur le cliché ci-dessous pour voir les photos de ces manifestations.

Marisol TOURAINE à Veigné, Tours, Saint-Pierre-des-Corps, Sepmes, Ligueil, Vou & Chambray-lès-Tours

0

Marisol TOURAINE à l’inauguration de la maison de santé de Cormery

DSC_1138
Marisol TOURAINE a inauguré, jeudi 23 mars 2017, la maison de santé pluridisciplinaire de Cormery, avec les médecins qui ont porté le projet, les Dr Héléna CALVAGNAC, Sophie FLURY et Julien CRAPART et l’ensemble des professionnels de santé qui exercent dans cette structure.

Etaient présents également le Député Jean-Marie BEFFARA, le Président de la communauté de communes Loches Sud Touraine Gérard HENAULT, ainsi qu’Antoine CAMPAGNE, Maire de Cormery, Jean-Louis ROBIN, Maire de Tauxigny, de nombreux élus locaux, des professionnels de santé du territoire…

Marisol TOURAINE a rappelé à cette occasion les mesures prises dès 2012 et avec le Pacte Territoire Santé, qui a notamment permis de multiplier par cinq le nombre de maisons de santé, qui sont désormais 900 en activité en France, dont 9 ouvertes dans le département d’Indre-et-Loire et 3 projets en cours de construction.

Cliquez sur le cliché ci-dessous pour voir les photos de cette manifestation.

Marisol TOURAINE à l'inauguration de la MSP de Cormery

0

Marisol TOURAINE dresse le bilan de l’action du Gouvernement en faveur des personnes âgées

Min2014-092
Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, s’est rendue aujourd’hui aux Assises nationales des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). A cette occasion, la ministre a dressé le bilan des actions mises en œuvre depuis 2012 par le Gouvernement en faveur des personnes âgées et est revenue sur certaines grandes mesures de la loi d’adaptation de notre société au vieillissement.

En l’espace d’un siècle, les progrès de la médecine et l’amélioration de la qualité de vie ont considérablement augmenté l’espérance de vie des Français. En 2050, un citoyen sur trois aura plus de 60 ans. Pour accompagner ce bouleversement démographique et améliorer le quotidien des personnes âgées et de leurs proches, Marisol TOURAINE a mis en œuvre depuis 2012 des mesures concrètes. En voici quelques exemples :

Avec la loi d’adaptation de notre société au vieillissement ce sont 700 millions d’euros par an qui ont été et qui continueront d’être alloués à l’accompagnement de l’autonomie des personnes âgées.

« Dès 2012, le Gouvernement a assumé une ambition : changer le regard en direction des plus âgés, pour que ces derniers puissent être, en toute circonstance, reconnus comme des citoyens à part entière, dignes, mieux accompagnés à la retraite, mieux pris en charge en cas de perte d’autonomie. Il reste encore à faire, cette dynamique doit être poursuivie. Il s’agit ni plus ni moins de choisir le modèle que nous voulons pour l’avenir, à savoir un modèle fondé sur la solidarité envers nos ainés » a déclaré Marisol TOURAINE.

Retrouvez l’intégralité du discours de la ministre en cliquant ici.

0

Simplification des démarches des Français : Marisol TOURAINE lance le site Internet Mesdroitssociaux.gouv.fr – Vos droits sociaux en un seul clic

Min2014-092
Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, lance aujourd’hui le site Internet Mesdroitssociaux.gouv.fr, pour faciliter l’accès aux droits sociaux et simplifier les démarches des Français. Ce portail permet à chacun d’accéder à ses droits en matière de protection sociale et d’emploi, sur un site unique. Les Français peuvent désormais consulter leurs droits et effectuer leurs démarches en un seul clic, qu’ils soient salariés, indépendants, retraités ou sans activité.

Mesdroitssociaux.gouv.fr est un portail destiné à tous les assurés sociaux, conçu pour faciliter la compréhension de leurs droits et simplifier leurs démarches. Il offre un accès personnalisé aux droits de chaque assuré en matière de protection sociale et d’emploi (santé, famille, logement, solidarité, retraite, emploi). En s’identifiant via FranceConnect, chaque assuré peut accéder à l’ensemble de ses droits sociaux, naviguer d’un droit social à l’autre sur un même portail, effectuer facilement ses démarches en ligne (une estimation multi-prestations, une demande de prestation, etc.), en un seul clic.

Le portail évoluera progressivement pour étendre le périmètre des droits, accroître le nombre d’assurés concernés et proposer de nouveaux services (notifications sur les droits et les démarches à effectuer ; partage des informations entre les différents organismes, etc.).

Depuis 2012, Marisol TOURAINE a pris de nombreuses mesures pour permettre aux Français d’accéder à des informations claires et fiables, et de simplifier leurs démarches, en particulier :

  • le site info-retraite.fr permet à tous les Français de disposer d’un compte personnel pour connaître ses droits et estimer le montant de sa retraite ;
  • sur lassuranceretraite.fr, les assurés du régime général peuvent désormais effectuer une demande de retraite en ligne ;
  • le portail pour-les-personnes-agees.gouv.fr permet depuis décembre 2016 de comparer les prix d’hébergement en EHPAD et de calculer ce qu’il reste à payer à la fin du mois ;
  • le site medicament.gouv.fr met à la disposition des Français des informations claires sur les spécialités pharmaceutiques commercialisées sur le marché français ;
  • le prototype du site et de l’application mobile sante.fr, lancé en Ile-de-France, propose un accès unique vers des informations fiables sur la santé, un compte personnel, un moteur de recherche, un service de notifications et un annuaire exhaustif.

« J’ai souhaité créer ce portail qui représente une véritable révolution pour les assurés : ils n’auront plus besoin de consulter plusieurs sites pour connaître leurs droits ou effectuer leurs démarches. Avec un accès personnalisé, mon objectif est d’accroître le recours aux droits sociaux et de rendre le système plus accessible et compréhensible pour tous », a déclaré Marisol TOURAINE.

0

Endométriose – Marisol TOURAINE signe une convention de partenariat avec l’association Info Endométriose pour mieux faire connaître et reconnaître la maladie

unnamed
L’endométriose est une maladie gynécologique peu connue des Françaises et Français. Pour mieux informer le grand public et améliorer la prise en charge des femmes concernées, Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, signe aujourd’hui une convention de partenariat d’une durée de 5 ans avec l’association Info Endométriose et ses cinq partenaires (EndoFrance, ENDOmind France, Ensemble Contre l’Endométriose, Mon Endométriose ma Souffrance, Karukera Endométriose).

L’endométriose touche entre 6 et 10 % des femmes en âge de procréer. Toutefois, la méconnaissance de la maladie et de ses principaux signes (notamment des règles particulièrement douloureuses) entraîne un retard de diagnostic pouvant aller de six à dix ans.

La convention de partenariat signée aujourd’hui par Marisol TOURAINE avec l’association Info Endométriose vise à faciliter l’accès à l’information sur cette pathologie aux femmes et au public jeune. Des outils de communication (affiches, flyers, brochures, etc.) et des actions de sensibilisation à destination des professionnels de santé (gynécologues et médecins traitants notamment) et du grand public seront mis en place au niveau national, mais aussi régional, grâce à la mobilisation des Agences régionales de santé (ARS).

Marisol TOURAINE s’engage depuis 2012 pour améliorer la prise en charge des femmes atteintes d’endométriose : à travers, par exemple, une grande campagne de communication lancée en mars 2016 et deux expérimentations (en Normandie et en Provence-Alpes-Côte d’Azur) actuellement en cours. Elles permettront d’élaborer courant 2017 un nouveau modèle de prise en charge des malades. Pour en savoir plus sur les mesures prises par le Gouvernement depuis 2012, voir le bilan 2012-2017 « Femmes et santé ».

« Nous sommes en 2017 et pourtant les maladies féminines comme l’endométriose représentent encore un tabou et leurs répercussions sur la vie des femmes restent sous-estimées. Nous devons agir ensemble pour permettre un diagnostic plus précoce de cette maladie et une amélioration de la qualité de vie des femmes concernées. L’action de l’association Info Endométriose et de ses partenaires est, en ce sens, essentielle. Je suis fière aujourd’hui de signer cette convention de partenariat et de donner, à travers elle, plus de visibilité à cette maladie » a déclaré Marisol TOURAINE.

Lien vers la convention de partenariat

0

Marisol TOURAINE lance l’opération « Ma terrasse sans tabac »

terrassesanstabac
Pour que chacun puisse profiter des espaces extérieurs des cafés et restaurants sans subir la fumée du tabac,
Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, lance aujourd’hui l’opération « Ma terrasse sans tabac ». Ce dispositif inédit, auquel les représentants des professionnels de l’hôtellerie, de la restauration et des débits de boissons ont été étroitement associés, doit permettre aux Français d’identifier les terrasses qui proposent des espaces totalement ou partiellement libérés de la fumée.

« Ma terrasse sans tabac » s’appuie sur une charte signée par les cafetiers et restaurateurs. A travers elle, ils s’engagent à créer un environnement non-fumeur sur leur(s) terrasse(s) et à sensibiliser leurs salariés sur les enjeux de la lutte contre le tabagisme. En contrepartie, les établissements signataires sont référencés gratuitement sur le site materrassesanstabac.com et sur l’application mobile disponible sur Apple Store dès aujourd’hui et sur Google Play à partir de demain. Participatifs, le site et l’application permettent à chacun de rechercher des établissements qui adhèrent à cette charte et disposent d’une terrasse sans tabac, mais également de proposer un lieu pour une future adhésion.

Un kit de communication dématérialisé, comprenant la charte, un flyer à destination des consommateurs et clients et un dépliant à destination des responsables d’établissements sera transmis aux établissements signataires. Dès le 22 mars, 72 000 cart’com visant à sensibiliser les clients des bars et restaurants et à promouvoir le dispositif seront diffusées dans 330 lieux à Paris et 245 lieux à Bordeaux, Lyon, Marseille, Toulouse, Montpellier, Nantes et Strasbourg.

Prévue dans le Programme national de réduction du tabagisme (PNRT) 2014-2019, l’opération « Ma terrasse sans tabac » est un outil précieux de soutien aux anciens fumeurs et aux personnes souhaitant arrêter le tabac. Il complète l’arsenal de mesures et dispositifs mis en place par le Gouvernement pour sensibiliser à l’arrêt du tabac, qu’il s’agisse du triplement du remboursement des substituts nicotiniques, de l’opération « Moi(s) sans tabac », ou encore des mesures pour faciliter la démarche d’arrêt des femmes enceintes et éviter la reprise après la grossesse. Pour en savoir plus, retrouvez sur notre site le rapport annuel 2016 du PNRT.

Lien vers le dossier de presse complet

0

Marisol TOURAINE crée l’Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé (UNAASS) pour renforcer la démocratie sanitaire et la participation des usagers du système de santé

Min2014-092
Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, annonce la création de l’Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé (UNAASS). Une centaine d’associations agréées au niveau national se sont réunies hier en assemblée constituante après plusieurs mois de travaux menés par les acteurs associatifs, sous la présidence d’Edouard COUTY.

Comme prévu par la loi de modernisation de notre système de santé, l’Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé (UNAASS) doit permettre de mieux coordonner et d’organiser la représentation des usagers. L’Union rendra notamment des avis aux pouvoirs publics sur les politiques de santé. Elle animera un réseau associatif sur l’ensemble du territoire et pourra également agir en justice pour défendre ses intérêts et ceux des citoyens. Elle formera, par ailleurs, les représentants des usagers du système de santé.

Afin de pleinement animer la démocratie sanitaire en région, des délégations territoriales de l’UNAASS seront progressivement créées. Elles réuniront les représentants des associations agréées au niveau national et régional. Ces délégations travailleront notamment avec les Agences régionales de santé (ARS) et animeront le tissu régional associatif.

Comme prévu par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2017, l’UNAASS recevra notamment des financements du fonds national pour la démocratie sanitaire. Les membres de son Conseil d’administration, de son bureau et son président seront désignés d’ici la fin du mois de mai 2017.

« Garantir l’expression et la participation des usagers du système de santé sur l’ensemble du territoire est un véritable enjeu de santé publique et une priorité pour ce Gouvernement. C’est pourquoi la loi de modernisation de notre système de santé consacre la place des usagers dans la construction de nos politiques publiques. L’UNAASS permettra aux associations d’exister à parité avec les autres parties prenantes de la démocratie sanitaire. C’est une avancée décisive » a déclaré Marisol TOURAINE

0

Réunion de membres du gouvernement avec le collectif « ALERTE » sur la lutte contre la pauvreté et l’exclusion

Min2014-092
Marisol TOURAINE, ministre des affaires sociales et de la santé, Myriam EL KHOMRI, ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Emmanuelle COSSE, ministre du logement et de l’habitat durable, et Ségolène NEUVILLE, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, ont reçu cet après-midi à l’Hôtel Matignon une délégation du Collectif « ALERTE », composée de la FAS (Fédération des acteurs de la solidarité), de la Fondation Abbé Pierre, de Médecins du Monde, du Secours catholique, de l’Union nationale des associations familiales (UNAF) et de l’UNIOPSS, pour s’entretenir avec eux sur la lutte contre la pauvreté et l’exclusion.

Cette réunion entre le gouvernement et le collectif « ALERTE » a lieu chaque année depuis le lancement du plan pluriannuel 2013-2017 de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Elle permet de faire le point sur la réalisation du plan, largement co-construit avec l’ensemble des acteurs concernés, en premier lieu les associations, mais aussi d’échanger sur les adaptations considérées comme nécessaires.

Les engagements pris par le gouvernement dans le cadre du « plan pauvreté » ont été tenus. Il a conduit à un grand nombre de mesures, tout particulièrement en matière de revalorisation des minima sociaux, d’accès aux droits pour les plus démunis, d’insertion professionnelle, de santé et de logement.

La réunion a été l’occasion de rappeler que le revenu de solidarité active (RSA) a été constamment revalorisé depuis 2012. L’engagement du gouvernement de revaloriser le RSA de 10 % dans le cadre du plan 2013-2017 a été  réaffirmé, ce qui portera son montant à 545 euros par mois pour une personne seule en 2017. Les décrets en ce sens seront pris très prochainement.

L’allocation de soutien familial, le complément familial et l’allocation de solidarité aux personnes âgées ont également été revalorisés. Les seuils de revenus pris en compte pour la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-c) et l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé ont été revus : 1 million de personnes supplémentaires bénéficient ainsi d’une couverture complémentaire santé solidaire.

Au cours de l’entretien, le collectif « ALERTE » a salué les mesures prises dans le cadre du plan, tout particulièrement la création de la prime d’activité qui a déjà soutenu les revenus de plus de 4 millions de foyers pour un montant moyen de 160 euros par mois, la Garantie jeunes qui a aidé plus de 100 000 jeunes en grande difficulté à s’insérer dans l’emploi et qui a été généralisée le 1er janvier, la création du compte personnel d’activité (CPA) avec des droits majorés pour les personnes qui ont le plus besoin de formations, le plan 500 000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emploi notamment les demandeurs d’emploi de longue durée, la protection universelle maladie (PUMA) qui garantit la couverture autonome de chacun sans rupture de droits, le tiers payant généralisé en matière de santé, la création de 40 000 places d’hébergement d’urgence supplémentaires, la garantie contre les impayés de pension alimentaire qui bénéficie en premier lieu aux familles monoparentales, ou encore la facilitation de l’accès aux droits par la création d’applications en ligne comme l’application « Mes aides » lancée récemment.

Le collectif « ALERTE » défend aussi l’idée qu’une loi de programmation permette à l’avenir de donner une plus grande visibilité aux différentes actions engagées.

Le gouvernement a exprimé aux représentants du collectif son souhait que les actions menées en faveur des plus démunis de nos concitoyens soient poursuivies et amplifiées, avec le soutien des associations, pour une société plus juste et plus solidaire.

0

Marisol TOURAINE présente le volet ambulatoire de la stratégie nationale d’amélioration de la qualité de vie au travail des professionnels de santé – Prendre soin de ceux qui nous soignent

Min2014-092
Pour répondre aux attentes exprimées par les professionnels et aux enjeux du système de santé, Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, a présenté
le 5 décembre 2016 une stratégie nationale forte et volontariste, pour faire de la qualité de vie au travail une priorité politique. La Ministre a présenté ce jour le volet ambulatoire de la stratégie nationale d’amélioration de la qualité de vie au travail aux représentants syndicaux, aux ordres professionnels, ainsi qu’aux associations concernées (Cliquez ici pour lire son discours). Il s’articule autour de 3 axes :

  • Améliorer les conditions d’exercice : l’observatoire national de la qualité de vie au travail et des risques psychosociaux des professionnels de santé, prévu par le 1er volet de la stratégie, concernera également les professionnels ambulatoires ; le soutien au développement de l’exercice coordonné sera renforcé ; les formations (initiales et continues) intègreront un module dédié à la prévention des risques psychosociaux et à la qualité de vie au travail ; la prévention et le suivi médical des professionnels seront améliorés.
  • Assurer la sécurité des soignants exerçant en ambulatoire : les accords « santé-sécurité-justice » seront développés et renforcés ; une conférence départementale annuelle sera créée pour évaluer les enjeux, élaborer des solutions et réunir les moyens financiers et humains afin de sécuriser davantage l’exercice des professionnels ; une campagne de communication sera lancée pour sensibiliser le grand public aux exigences de la relation soignant / soigné ; élaborés en lien avec le Ministère de l’intérieur, un guide et des fiches pratiques seront diffusés auprès des professionnels pour prévenir et faire face aux incivilités et aux violences.
  • Prévenir et prendre en charge la souffrance au travail : une campagne de communication sera élaborée pour informer les professionnels sur l’épuisement au travail et rappeler les dispositifs de soutien existants ; un dispositif d’écoute sera mis en place pour permettre aux professionnels confrontés à la souffrance au travail d’en parler à des personnels formés et d’être orientés, si nécessaire, vers des soins adaptés ; les formations de « soins aux soignants » seront développées.

Cette stratégie a été élaborée après une concertation avec l’ensemble des représentants des professionnels concernés et avec des experts de la qualité de vie au travail.

Stratégie nationale d’amélioration de la qualité de vie au travail :

0

Déplacement de Marisol TOURAINE en Californie

Marisol TOURAINE effectue actuellement un déplacement en Californie autour de la valorisation de l’excellence médicale française et du partenariat franco-américain.

Elle a visité l’entreprise Verily, issue de Google, révolutionne le monde des objets connectés en santé et aussi des dispositifs médicaux. Un magnifique partenariat avec Sanofi en train d’aboutir à un nouveau capteur non invasif de contrôle de la glycémie, connecté au smartphone et qui va changer le quotidien de millions de diabétiques enfants et adultes. Une collaboration avec l’AP-HP pour incorporer l’approche big-data dans les soins courants.

Elle a aussi visité le « Stanford Biodesign Centre« , centre unique au monde de formation à l’innovation en santé  au croisement des soins et de la recherche technologique.

Marisol TOURAINE a également rencontré Madame Jennifer DOUDNA, Professeure à Berkeley qui – en étroite collaboration avec Madame Emmanuelle CHARPENTIER, chercheuse française – a ouvert une nouvelle ère, la chirurgie du gène, aux retombées sans limite en médecine mais plus largement dans le domaine des sciences du vivant; avec d’ores et déjà des applications, dans l’agriculture notamment.

IMG_1480IMG_1485IMG_1493

               

1

Information en santé – Marisol TOURAINE annonce le lancement du prototype du site Internet et de l’application mobile sante.fr en Ile-de-France

Min2014-092
Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, annonce le lancement du prototype du site Internet et de l’application mobile sante.fr en Ile-de-France, à l’occasion de l’installation hier du Comité stratégique du Service public d’information en santé.

Les Français recherchent régulièrement des informations sur leur santé et sont en attente d’une information fiable et accessible à tous. Parmi les sources principales d’information : le médecin, Internet, les proches, le pharmacien ou encore les émissions dédiées à la santé à la télévision[1]. Par ailleurs, les Français demandent de plus en plus à prendre part activement aux choix qui les concernent (compréhension des facteurs de risques, choix du parcours thérapeutique, évaluation des structures de prise en charge et des pratiques professionnelles, etc.).

Pour répondre à ces attentes, Marisol TOURAINE a inscrit dans la loi de modernisation de notre système de santé la création du Service public d’information en santé. Il vise à garantir la cohérence de l’action publique autour de l’information en santé ; améliorer l’accès des Français à une information de référence ; élaborer des outils favorisant l’implication des usagers dans l’amélioration du système de santé.

Le Comité stratégique du Service public d’information en santé, installé hier, associe les représentants des professionnels et des établissements de santé, les associations de patients, les sociétés savantes, les ordres professionnels et les institutions publiques.

La 1ère réalisation concrète du Service public d’information en santé : www.sante.fr

Le prototype du site Internet et de l’application mobile sante.fr est lancé en Ile-de-France. Disponible dès aujourd’hui pour tous les franciliens sur le site Internet sante.fr et d’ici fin mars sur Android et Apple pour l’application mobile, le nouveau « GPS santé » propose :

  • un accès unique vers des informations fiables et de qualité, agrégées des différents sites Internet des institutions publiques (prévention, informations sur les maladies et les traitements, etc.) ;
  • un compte personnel permettant de paramétrer les informations et un service de notifications et alertes (informations géolocalisées sur la pollution, pharmacies de garde à proximité, etc.) ;
  • un annuaire des professionnels de santé, des établissements sanitaires et médico-sociaux, des laboratoires d’analyses médicales, des pharmacies (à travers l’application mobile monpharmacien-idf.fr), etc.
  • un moteur de recherche, dont la pertinence sera enrichie en fonction des usages ;

Réalisé à l’initiative de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Ile-de-France et co-construit avec les partenaires régionaux et nationaux, sante.fr intégrera des contenus issus des associations, collectivités territoriales, universités, etc. afin de proposer à tous les Français un accès unique et complet à l’information en santé. De nouveaux contenus seront ajoutés progressivement, notamment selon les données d’usage et les retours d’expérience des utilisateurs.

Le site et l’application seront progressivement généralisés entre 2017 et 2018 à l’ensemble du territoire national.

0

Les comptes de la sécurité sociale pour 2016 poursuivent leur redressement, en amélioration de 3 milliards d’euros par rapport à 2015

Min2014-092
Michel SAPIN, ministre de l’Economie et des Finances, Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé et Christian ECKERT, secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes publics, annoncent une amélioration significative de la situation financière de la sécurité sociale en 2016. Cette amélioration est le résultat de la politique déterminée du Gouvernement pour améliorer les droits sociaux et renforcer la prise en charge des dépenses de santé des Français, tout en assurant le redressement des comptes.

Le solde du régime général de la sécurité sociale et du fonds de solidarité vieillesse (FSV) s’établit à -7,8 milliards d’euros en 2016, en amélioration de 3 milliards par rapport à 2015 (-10,8 milliards d’euros). Il s’agit du déficit le plus faible enregistré depuis 2002.

Ce résultat est meilleur que l’objectif initialement voté dans la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 (à -9,7 milliards d’euros). Il s’écarte toutefois de la prévision rectifiée en loi de financement de la sécurité sociale pour 2017 (-7,1 milliards d’euros), en raison principalement d’une moindre dynamique de l’assiette salariale du secteur privé (2,4 % de croissance en 2016 selon les dernières données de l’Acoss, contre 2,6 % attendu).

soldesrégimegénéralFSV

Pour la première fois depuis 15 ans, le déficit du régime général passe sous la barre des 5 milliards d’euros (-4,1 milliards d’euros). Chaque branche voit sa situation s’améliorer :

  • La branche retraite est excédentaire, pour la première fois depuis 2004.
  • Le déficit de la branche maladie diminue pour la troisième année consécutive.
  • Le déficit de la branche famille a été réduit d’un tiers par rapport à 2015. Il est à son meilleur niveau depuis 2009.
  • Enfin, la branche accidents du travail enregistre un excédent pour la quatrième année consécutive.

soldesbranches

Les dépenses ont été maîtrisées (en progression de 1,6% par rapport à 2015)[1]. En ce qui concerne les dépenses de santé, l’objectif national des dépenses d’assurance maladie est une nouvelle fois respecté grâce aux efforts de l’ensemble des acteurs : il s’agit du plus faible taux d’évolution des dépenses de santé depuis 1997. Malgré ce cadre permettant le rétablissement financier, le Gouvernement a constamment amélioré la prise en charge des soins et réduit les coûts supportés par les Français : en 2011, 9,3 % des dépenses de santé restaient à la charge des patients contre 8,4% en 2015. Il s’agit d’un niveau historiquement bas. Ce résultat est d’autant plus remarquable dans un contexte d’accélération forte de l’innovation, l’assurance maladie assurant l’accès de tous aux traitements les plus innovants et les plus coûteux. C’est notamment le cas des anti-cancéreux de nouvelle génération.

La maîtrise des comptes a permis de créer des droits nouveaux à destination des familles, par exemple la nouvelle garantie contre les impayés de pensions alimentaires, ou encore des retraités les plus précaires, avec par exemple la reconnaissance des carrières longues et la validation des droits des Français à faibles revenus. Au-delà, ces résultats viennent amplifier le mouvement global de désendettement de la sécurité sociale. En 2016, la dette de la sécurité sociale (CADES + ACOSS) sera ainsi inférieure à son niveau de 2012.

Cette dynamique est le reflet de la volonté de réforme dans la justice conduite au cours des cinq dernières années, en assurant la pérennité de notre modèle social et en renforçant la couverture sociale des Français.

[1] Progression calculée une fois les opérations de périmètre entre Etat et sécurité sociale neutralisées (en particulier la budgétisation des allocations logement).

2

Nouveau logo nutritionnel : interview de Marisol TOURAINE au Parisien

mt0311
Marisol TOURAINE a répondu aux questions d’Elsa MARI et Florence MEREO, journalistes au Parisien, pour une interview consacrée au logo nutritionnel, publiée dans l’édition du mercredi 15 mars.

Vous pouvez lire l’interview ci-dessous ou sur le site du Parisien en cliquant ici.

********

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, nous dévoile le nouveau système d’étiquetage qui sera apposé dès avril sur les produits alimentaires en grande distribution. Mais cette vignette reste facultative.

C‘était un choix très attendu. Après une longue polémique sur le système d’étiquetage des aliments, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, nous a reçus lundi pour nous annoncer, en exclusivité, le nouveau logo nutritionnel. Prévu dans la loi Santé, ce logo simplifié fera son apparition début avril dans les supermarchés.

Il doit permettre d’indiquer aux consommateurs la valeur nutritionnelle d’un produit, bien loin des étiquettes illisibles.

Quel logo figurera sur les produits industriels ?
MARISOL TOURAINE. Les résultats des études viennent de montrer que le plus pertinent des logos pour aider à manger sainement est le Nutri-Score. Cette vignette va du vert à l’orange foncé en fonction de la qualité du produit, type plats cuisinés ou sodas. C’est celle-là qui a donc été choisie. On a testé quatre pictogrammes pendant dix semaines lors d’une expérimentation dans soixante supermarchés dès septembre. Résultat : la qualité du panier moyen d’achat a le plus augmenté avec le Nutri-Score. En clair, les consommateurs ont été davantage attentifs et ont privilégié des aliments plus sains. En avril, je prendrai donc un arrêté pour que les industriels puissent apposer ce logo sur les paquets dans les rayons de supermarchés.

Quel est l’objectif d’une telle mesure ?
Une bonne alimentation est un facteur de bonne santé. Or, il y a 30 % d’adultes en surpoids, 15 % en obésité. Les familles défavorisées sont les plus touchées. Il y a aujourd’hui tellement d’indications sur les produits qu’elles sont trop difficiles à analyser. Il faut une information lisible afin que tout le monde s’y retrouve en un coup d’œil. L’idée n’est pas de dire aux gens de choisir entre un yaourt ou une pizza mais de leur dire laquelle des pizzas présentes dans les rayons est la moins grasse et salée. J’ai moi-même revu ma façon de consommer : je privilégie certaines céréales à d’autres. Cet étiquetage n’a pas pour objectif de dire aux Français : «Arrêtez les produits gras et sucrés» mais de donner à chacun les armes appropriées pour se protéger.

Sauf que ce logo reste facultatif. Si chaque industriel fait ce qu’il veut, cette mesure peut-elle être efficace ?
Certes, je ne peux pas leur imposer. Les règles européennes ne le permettent pas. Je le regrette mais c’est ainsi. Je compte sur la pression des consommateurs, qui demandent à être informés, pour que les industriels s’engagent dans cette voie. Certains joueront le jeu et cela aura un effet boule de neige. On ne peut pas parler de santé publique et ne pas être transparent. Aujourd’hui, tout le monde parle de prévention, c’est l’avenir de la santé.

Pourtant, l’Anses, gendarme de l’alimentation, doute de la pertinence de l’étiquetage pour diminuer obésité et diabète…
C’est précisément parce qu’il y a eu des interrogations qu’on a fait des études. Pour la première fois, l’intérêt de l’étiquetage nutritionnel est démontré. C’est totalement nouveau en France. Une intuition se dégage à l’échelle mondiale : pour lutter contre le surpoids, il faut simplifier l’information sur les emballages.

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, a jugé ce système d’étiquetage «trop stigmatisant». Que répondez-vous ?
Il y a eu beaucoup de débats, d’obstacles et de faux procès. Je suis restée sereine. Je ne suis pas dans la revanche et je suis heureuse de passer de l’intuition à la démonstration. Je ne souhaite pas bannir le plaisir de manger et de partager. On a le droit à des excès, je ne vais pas mettre une étiquette sur de la crème au beurre d’une pâtisserie de quartier. Je veux seulement donner à chacun le moyen de choisir.