Actualités
0

Marisol TOURAINE à la Grande Convention nationale de la Belle Alliance Populaire

capture-decran-2016-12-03-a-22-21-45
Marisol TOURAINE a participé, samedi 3 décembre, lors de la Grande Convention nationale de la Belle Alliance Populaire, organisée à Paris.

Elle est notamment intervenue lors du débat « Non à la purge sociale ! ».

Vous pouvez voir son discours ci-dessous (à partir de 15′).

0

Marisol TOURAINE à l’inauguration du centre-bourg rénové de Chambray-lès-Tours

dsc_0453
Marisol TOURAINE a participé, vendredi 2 décembre 2016, à l’inauguration du centre-bourg rénové de Chambray-lès-Tours.

Accueillie par le Maire Christian GATARD, en présence du Député Jean-Marie BEFFARA, du vice-Président de la Région Centre Val de Loire Mohammed MOULAY, de la Conseillère départementale Agnès MONMARCHE-VOISINE, du vice-Président de l’agglomération Tour(s)+ Frédéric AUGIS, des membres du conseil municipal et de nombreux habitants de la commune, elle a inauguré la nouvelle place Nelson MANDELA puis déambulé dans les rues rénovées, inauguré la place des Anciens combattants d’A.F.N. et visité la nouvelle extension de la Mairie.

Marisol TOURAINE à l'inauguration du centre-bourg rénové de Chambray-lès-Tours

0

Comité interministériel du handicap – Marisol TOURAINE et Ségolène NEUVILLE présentent de nouvelles mesures pour faciliter l’accès aux soins et renforcer les droits sociaux des personnes en situation de handicap

Min2014-092
Dans le cadre du Comité interministériel du handicap (CIH), Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’Exclusion, ont présenté de nouvelles mesures pour adapter les parcours de soins des personnes handicapées et simplifier leur accès aux droits sociaux.

L’accès des personnes handicapées à la prévention et aux soins est renforcé :

  • le parcours de soins des personnes en situation de handicap sera facilité : 7,4 millions d’euros supplémentaires seront consacrés au financement des consultations dédiées pour 2017-2018 ;
  • des unités dentaires mobiles seront créées et les actes spécifiques des chirurgiens-dentistes revalorisés ;
  • 10 millions d’euros seront consacrés aux unités de coordination, rattachées à la psychiatrie de secteur, pour accompagner les personnes handicapées psychiques et favoriser le maintien à domicile ;
  • l’accès aux audioprothèses sera facilité par la révision de la nomenclature, la définition d’un prix limite de vente et le relèvement du tarif de prise en charge par l’Assurance maladie. Ce chantier sera lancé dès le premier semestre 2017 ;
  • la prévention et d’éducation à la santé seront renforcées et adaptées aux besoins des personnes en situation de handicap.

L’offre médico-sociale évolue pour donner à chacun le libre choix de son mode d’existence :

  • l’évolution de l’offre médico-sociale s’appuiera sur les 180 millions d’euros de la stratégie pluriannuelle d’investissement. 59 millions d’euros seront mobilisés dès l’année 2017. Une partie du budget de cette stratégie, qui comporte des volets spécifiques « handicap psychique » et « polyhandicap », sera dédié au développement des interventions « hors les murs », à la création des pôles de compétences et de prestations externalisés et au soutien à l’habitat inclusif ;
  • un 4ème Plan autisme est en cours de préparation ;
  • pour mieux répondre aux besoins des aidants, un nouveau formulaire de demande auprès des Maisons départementales des personnes handicapées sera mis en place, des solutions de répit seront développées, un site gouvernemental d’informations sera lancé ;
  • un travail commun avec les départements devrait, à terme, permettre aux personnes handicapées de plus de 75 ans de demander la Prestation de compensation du handicap (PCH). Des aides pour les parents handicapés seront par ailleurs créées. Toujours dans le cadre de la PCH, un travail va être engagé pour mieux prendre en compte les besoins liés au handicap psychique, cognitif ou mental.

L’accès aux droits sociaux des personnes handicapées est facilité :

  • à compter du 1er janvier 2017, l’allocation adulte handicapé (AAH1) des personnes atteintes de handicaps lourds et durables sera accordée pour une durée maximale de 20 ans et non plus 10. Ces personnes n’auront, d’autre part, plus à demander le bénéfice de l’allocation de solidarité aux personnes âgées, les bénéficiaires de l’AAH1 voyant leurs droits maintenus ;
  • la loi de financement de la sécurité sociale pour 2017 facilite l’accès à la retraite anticipée des  personnes atteintes d’un handicap lourd.

Les mesures présentées ce matin par le Gouvernement traduisent une ambition forte : celle d’une société inclusive, qui garantit à chacun, quelle que soit sa situation de handicap, la possibilité de vivre dignement et d’exercer sans entrave tous les droits que confère la citoyenneté. Le droit de voter, le droit de travailler, le droit d’accéder à des soins de qualité, le droit de recevoir un enseignement diversifié.

0

Compte pénibilité : quatre nouveaux référentiels homologués

Min2014-092
Dans un arrêté conjoint publié aujourd’hui, Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Myriam EL KHOMRI, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, homologuent quatre référentiels de branche destinés à accompagner les employeurs dans la mise en œuvre du compte personnel de prévention de la pénibilité. 265 000 salariés sont concernés. Ils pourront ainsi être déclarés dans les meilleures conditions et bénéficier de cette grande avancée sociale.

Afin d’aider les employeurs à recenser les postes, les métiers et les situations de travail exposés aux facteurs de pénibilité, les organisations professionnelles ont la possibilité, depuis la loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l’emploi, de conclure un accord de branche ou d’élaborer des référentiels professionnels, véritables modes d’emploi de la réforme, sur lesquels pourront s’appuyer les chefs d’entreprise.

Les ministres se félicitent de l’adoption de ces référentiels dans quatre branches :

  • la Confédération nationale des poissonniers-écaillers de France (5 000 salariés potentiellement concernés) ;
  • la Confédération française du commerce de gros et international (pour les métiers de la logistique, 100 000 salariés potentiellement concernés) ;
  • la Fédération du négoce de bois et des matériaux de construction et la branche du commerce (80 000 salariés potentiellement concernés) ;
  • la Convention collective nationale métropolitaine des entreprises de la maintenance, distribution de la location et de la réparation de matériels agricoles dite SDLM (80 000 salariés potentiellement concernés).

Le gouvernement encourage l’ensemble des branches à s’engager dans cette même démarche afin de mettre à disposition de leurs entreprises des outils simplifiés d’aide à l’évaluation et à la déclaration de la pénibilité.

Le compte personnel de prévention de la pénibilité représente un progrès pour des millions de Français. Les points acquis permettent aux salariés de financer des formations professionnelles, un emploi à temps partiel sans perte de rémunération ou des trimestres de majoration d’assurance retraite afin d’anticiper jusqu’à deux ans l’âge de départ à la retraite par rapport à l’âge légal. Chacun peut consulter ses points et faire valoir ses droits en ouvrant son compte personnel sur www.preventionpenibilite.fr. En 2016, près de 500 000 salariés ont été déclarés par plus de 26 000 entreprises comme exerçant ou ayant exercé une activité pénible.

0

Marisol TOURAINE annonce un plan d’action pour renforcer la sécurité des systèmes d’information en santé

Min2014-092
L’usage des technologies numériques en santé s’accompagne d’un accroissement des menaces et des risques d’atteinte aux informations conservées sous forme électronique. Pour protéger les systèmes d’information en santé, Marisol TOURAINE, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a annoncé ce jour un
plan dédié. Ce plan énonce les actions prioritaires à mettre en place par les établissements de santé, les laboratoires de biologie médicale, les centres de radiothérapie et les centres d’imagerie et de radiologie publics et privés.

Conçu sous la forme d’un échéancier, le plan d’action pour la sécurisation des systèmes d’information appelle notamment ces établissements à disposer d’une cartographie des équipements informatiques régulièrement actualisée, à gérer les comptes utilisateurs ou encore à protéger les accès Internet ou de télémaintenance.

Les Agences régionales de santé (ARS) et l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) s’assureront sur site de la mise en œuvre effective de ce plan.

Annoncé le 3 octobre dernier dans le cadre de la présentation des mesures visant à renforcer la sécurité des établissements de santé et des professionnels qui y exercent, ce plan vient compléter les actions déjà mises en œuvre par Marisol TOURAINE pour encourager l’utilisation des technologies numériques en santé, dans un cadre qui garantit la confiance des utilisateurs. Le programme hôpital numérique, le plan « Territoires de soins numérique », la relance du dossier médical partagé et les expérimentations de télémédecine en font notamment partie.

La ministre a par ailleurs annoncé, en mai dernier, un plan d’investissement de 2 milliards d’euros dont l’un des volets porte sur le numérique et les systèmes d’information dans les territoires.

« La e-santé est porteuse de promesses fortes, notamment celle d’un système de soins de meilleure qualité, plus sûr et plus efficient. La sécurité est la condition sine qua non de la confiance et de l’acceptabilité de l’innovation pour les patients, comme pour les professionnels. Je souhaite que les établissements de santé prennent toute la mesure de leur responsabilité dans ce domaine et toutes les mesures nécessaires pour garantir leur fonctionnement » a déclaré Marisol TOURAINE.

Lien vers le plan d’action pour la sécurisation des systèmes d’information

2

L’opération « Moi(s) sans tabac » a remporté un franc succès auprès des Français

Min2014-092
Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, a lancé « Moi(s) sans tabac » le 1er novembre dernier, premier défi de santé publique grandeur nature jamais organisé en France. Préparé avec
Santé publique France en partenariat avec l’Assurance Maladie, cet événement inédit d’incitation et d’aide à l’arrêt du tabac a remporté un grand succès avec près de 180 000 personnes inscrites et une forte mobilisation des professionnels de santé et des partenaires.

Avec près de 180 000 inscrits et plus de 620 000 kits d’aide à l’arrêt du tabac distribués, la 1ère édition de « Moi(s) sans tabac » a remporté un franc succès. Cette participation est également le fruit de l’engagement de tous les professionnels de santé dont les 17 000 pharmacies qui ont participé à l’opération, ainsi que de celui des 100 partenaires nationaux et plus de 3 000 partenaires régionaux, investis partout en France pour sensibiliser, informer et soutenir les fumeurs désireux d’arrêter.

  • Le nombre de visiteurs du site internet tabac-info-service.fr a été multiplié par 4, avec 1,3 million de visites, de mi-octobre à mi-novembre.
  • Le dispositif Tabac info service a reçu plus de15 000 appels en octobre et novembre sur sa ligne téléphonique 39 89, soit une augmentation de 35 % par rapport à la même période en 2015. Selon les tabacologues de Tabac info service, l’élan collectif a été particulièrement bien accueilli.
  • Plus de 72 000 fumeurs se sont inscrits sur la nouvelle application de coaching Tabac Info Service.
  • De nombreux événements ont été organisés dans différents lieux partout en France : des consultations spéciales à l’Hôpital européen George Pompidou, des actions de promotion organisées par la Ville de Nantes dans les parcs et jardins, etc.
  • Les participants se sont également mobilisés sur les réseaux sociaux pour partager le vécu de leur arrêt du tabac. La page Facebook a compté jusqu’à 10 000 interactions par semaine et a bénéficié de 69 328 likes.

« Moi(s) sans tabac » répond à un enjeu majeur de santé publique : la lutte contre le tabagisme. Cette opération est l’une des mesures du Programme national de réduction du tabagisme et vient compléter les autres mesures fortes prises par Marisol TOURAINE comme la mise en place du paquet neutre ou encore l’augmentation du prix du tabac à rouler.

Si aujourd’hui le défi se termine, les professionnels de santé et Tabac Info Service sont toujours là pour aider chacun à rester ex-fumeur ou pour accompagner les fumeurs dans leur tentative de sevrage.

 

1

Présentation des conclusions du Comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination

Min2014-092

Le Comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination, présidé par le Professeur Alain FISCHER, a présenté aujourd’hui ses conclusions.

La Ministre a demandé à la Direction générale de la santé, à la Direction de la sécurité sociale et à Santé publique France d’étudier ces propositions, qui doivent par ailleurs faire l’objet d’une évaluation juridique et financière.

Elle présentera sur cette base les mesures qu’elle entend prendre pour renforcer la confiance dans la vaccination.

0

Questions d’actualité au Gouvernement : Marisol TOURAINE interpellée sur

qag301116
Marisol Touraine a été interpellée, mercredi 30 novembre 2016, lors de la séance de Questions d’actualité au Gouvernement.

Elle a répondu :

  • à une question de Mme Catherine BEAUBATIE, Députée « Socialiste, écologiste et républicain » de Haute-Vienne, sur la protection de notre modèle social :

  • à une question de M. Vincent LEDOUX, Député « Les Républicains » du Nord, sur les difficultés financières dans les EHPAD :

0

Journée mondiale de lutte contre le SIDA : « Pour faire reculer l’épidémie, redoubler d’efforts envers les plus exposés » (Marisol TOURAINE)

Min2014-092
À la veille de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA ce jeudi 1er décembre 2016, Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, réaffirme la nécessité d’agir auprès des populations les plus exposées au risque de contamination. Alors que le nombre de découvertes de séropositivité reste stable dans ces populations, en particulier chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), la Ministre a pris des mesures fortes.

Avec 6 000 nouvelles contaminations en 2015, chiffre stable depuis 2011, l’épidémie de VIH-SIDA est toujours active en France. Marisol TOURAINE exhorte donc chacune et chacun à être vigilant et mobilisé, et rappelle que le préservatif reste le meilleur moyen de prévenir le risque de contamination.

Certaines populations sont particulièrement touchées par cette maladie, en particulier les HSH, qui représentent 43% des découvertes de séropositivité en 2015. Le combat passe aujourd’hui par des actions innovantes et diversifiées auprès des populations particulièrement exposées. Face à cette réalité, la Ministre a pris des mesures fortes :

  • pour toucher les personnes les plus éloignées du dépistage, des Tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) sont mis à la disposition des associations et distribués dans les centres de dépistage ; 100 000 autotests de dépistage du VIH-SIDA ont été vendus depuis leur mise sur le marché en septembre 2015 : ils seront également mis à la disposition des associations à compter de janvier 2017 ;
  • pour éviter les contaminations chez certaines personnes particulièrement exposées et moins réceptives aux outils classiques de prévention, la Prophylaxie pré-exposition (PrEP) est aujourd’hui délivrée de façon encadrée à l’hôpital et dans les centres de dépistage par des médecins expérimentés dans la prise en charge du VIH : la France est le deuxième pays à autoriser la PrEP et le premier à la rembourser à 100% ;
  • des campagnes de communication fortes et massives sont menées à destination des populations les plus à risque: c’est le cas de la campagne de prévention ciblant les HSH diffusée du 16 au 29 novembre 2016 dans les grandes villes de France ;
  • pour réduire les risques de contamination chez les usagers de drogues, deux salles de consommation à moindre risque ont ouvert en 2016, à Paris et Strasbourg, grâce à la loi de modernisation de notre système de santé.

« Pour faire reculer l’épidémie, nous devons redoubler d’efforts auprès des populations les plus exposées au risque de contamination. Dans ce domaine, la France est aujourd’hui aux avant-postes. Elle est le deuxième pays à avoir autorisé la PrEP, le premier à la prendre en charge à 100%. Elle n’hésite pas à innover pour toucher ces populations. Nous nous sommes donné les moyens d’agir. Il faut préserver et amplifier ces actions. », a déclaré la Ministre.

1

Marisol TOURAINE invitée des « 4 vérités » sur France 2

capture-decran-2016-11-30-a-13-55-18
Marisol TOURAINE était l’invitée de Caroline ROUX, mercredi 30 novembre, dans « Les 4 Vérités » sur France 2.

Elle a répondu à ses questions sur le droit à l’IVG, le programme de F. Fillon…

3

« Combien vous coûtera le programme de santé publique de François Fillon » : tribune de Marisol TOURAINE au Huffington Post

mt0311
Marisol TOURAINE a publié une tribune, diffusée sur le site du Huffington Post, au sujet du programme de santé publique de F. Fillon.

Vous pouvez lire cette tribune sur le site du Huffington et ci-dessous.

*********

« Lundi soir, au 20h de France 2, le désormais candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle a confirmé son projet de remise en cause de la sécurité sociale. « Les plus modestes ne seront pas moins bien remboursés » a-t-il notamment déclaré. C’est donc que tous les autres le seront, notamment les classes moyennes !

C’est un fait, la désignation de François Fillon est un tournant majeur dans la vie politique française. Pour la première fois dans son histoire, la droite républicaine assume de tourner le dos à la sécurité sociale. Une véritable rupture dont les Français doivent mesurer la portée concrète pour leur santé et leur pouvoir d’achat.

En proposant – je cite – de « focaliser l’assurance publique universelle sur des affections graves ou de longue durée, et l’assurance privée sur le reste », M. Fillon entérine la fin de l’assurance maladie solidaire qui prend en charge en fonction des besoins, et non des moyens de chacun. Concrètement, cela veut dire que seuls les soins liés aux maladies chroniques – cancer, diabète ou Alzheimer, par exemple – pourront être remboursés par la sécurité sociale. Pour tout le reste, les Français en seront de leur poche ou devront payer, plus cher, une assurance privée.

Une famille dont les 3 enfants contractent à tour de rôle une angine l’hiver devra payer autour de 200€. Pour une femme enceinte suivie tout au long de sa grossesse, ce sera 544€ – et encore, au tarif sécu actuel ! Une personne qui a de l’hypertension artérielle paiera désormais de sa poche 320€ par an. Voilà quelques exemples, seulement, des frais nouveaux que les Français auront désormais à budgéter dans leurs dépenses courantes. Je ne parle pas du traitement des caries chez le dentiste, ou encore de la contraception des mineures et de l’IVG qui seront déremboursées elles-aussi, pour le plus grand bonheur des soutiens historiques de M. Fillon qui formulaient cette proposition il y a quelques mois encore à l’Assemblée nationale.

Ce coup porté à la santé et au pouvoir d’achat des Français est pleinement assumé. Les classes moyennes seront les plus directement touchées. M. Fillon propose en effet – je cite encore son programme – que « les moins favorisés bénéficient d’un régime spécial de couverture accrue », en ne disant rien de la nature de cette couverture. Pour tous les autres, « qui peuvent accéder à une assurance privée », il faudra payer. Et payer cher. Transférer l’intégralité des soins courants aux complémentaires-santé, comme il le propose, fera nécessairement exploser le montant des cotisations.

Rien de cela ne relève du fantasme. Aucune interprétation, aucune extrapolation : il s’agit tout simplement de l’application directe du programme de M. Fillon. Sa porte-parole a encore récemment affirmé, explicitement, qu’il n’y a aucune raison de rembourser les soins dentaires, l’optique et les audioprothèses !

Chercher à justifier cela par la contrainte budgétaire, c’est mentir aux Français : la commission des comptes de la sécurité sociale, qui est indépendante, indiquait il y a quelques semaines que l’assurance maladie ne s’était jamais aussi bien portée depuis 15 ans. La réalité, c’est que ce bouleversement relève d’un choix idéologique : pour M. Fillon, la santé n’a pas à être couverte par la solidarité nationale. Ce choix, il a un nom et un visage : le système de santé américain d’avant l’Obamacare. La sécurité sociale française, enviée dans le monde entier, cesserait alors d’être un modèle. Les Français doivent le savoir. »

0

Premières constations de l’Inspection générale des affaires sociales après les complications graves survenues chez quatre patients adultes atteints de lymphome traités par chimiothérapie intensive avant auto-greffe au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes

Min2014-092
Quatre patients adultes traités pour lymphome au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes ont présenté des complications graves entre le 10 et le 13 novembre 2016. Trois d’entre eux sont décédés. Le quatrième patient est sorti de l’hôpital. En raison de la succession de ces cas, Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, a saisi l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) le 17 novembre dernier. La mission a remis
ses premières conclusions à la Ministre le 28 novembre. Elles sont rendues publiques aujourd’hui.

À ce stade des investigations et compte-tenu des éléments dont elle a pu disposer, la mission ne relève aucun écart permettant d’expliquer les complications graves observées chez ces quatre patients, concernant les indications, les contrindications, les prescriptions, les reconstitutions, les administrations et la surveillance des traitements de chimiothérapie. Les investigations se poursuivent.

La mission constate que la principale complication grave présentée par les quatre patients est une myocardite aiguë. Elle souligne que ni ce type ni ce taux de complication n’est décrit dans la littérature internationale qu’elle a pu obtenir.

Marisol TOURAINE demande à l’IGAS de poursuivre sa mission en examinant notamment plus précisément le processus de déclaration des événements indésirables graves (EIG), les données de pharmacovigilance et les conditions d’approvisionnement en melphalan.

Parallèlement et conformément aux conclusions de la mission, la Ministre demande au Directeur général de l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) et au Président de l’Institut national du cancer (INCa) de :

  • recenser l’ensemble des patients traités pour lymphome en France en 2016 avec le même protocole de chimiothérapie afin de déterminer précisément la fréquence et les conséquences des complications cardiaques ;
  • solliciter le Président de l’European Society for Blood and Marrow Transplantation afin de pouvoir analyser, sur la base du registre européen de cette société savante, l’utilisation et la tolérance, au niveau européen, du protocole de chimiothérapie utilisé au CHU de Nantes ;
  • réévaluer, sur cette base, les préconisations nationales pour la prise en charge des patients traités pour lymphome en France.

L’enquête préliminaire ouverte le 18 novembre par le Parquet de Paris après le signalement du CHU de Nantes se poursuit.

 

0

Marisol TOURAINE au CEA Le Ripault de Monts

dsc_0439
Marisol TOURAINE était à Monts, mardi 29 novembre 2016, pour visiter le site CEA Le Ripault.

Accueillie par M. François GELEZNIKOFF, Directeur des applications militaires, M. Serge DUFORT, Directeur du Ripault, en présence de M. Jean-Marie BEFFARA, Député, Mme Anne BESNIER, vice-Présidente de la Région Centre Val de Loire et Mme Valérie GUILLERMIC, Maire de Monts.

Elle a visité différents laboratoires, notamment le site Lavoisier, dédié aux matériaux pour l’énergie, avant de participer à une table-ronde avec l’ensemble des représentants syndicaux du site.

Cliquez sur le cliché ci-dessous pour voir les photos de cette visite.

Marisol TOURAINE au CEA Le Ripault de Monts

0

Marisol TOURAINE annonce la liste des 19 premiers lauréats de l’appel à projet « Accompagnement à l’autonomie en santé »

Min2014-092
Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, a signé ce jour l’arrêté fixant la liste des 19 premiers lauréats de l’appel à projet
« Accompagnement à l’autonomie en santé », conformément aux engagements inscrits dans la loi de modernisation de notre système de santé.

La loi de modernisation de notre système de santé (article 92) a permis l’expérimentation de dispositifs d’accompagnement des personnes malades, en situation de handicap ou à risque de développer une maladie chronique, dans le but de renforcer leur autonomie. Il s’agit de proposer des services susceptibles d’accroître leur capacité à s’orienter au quotidien dans leur parcours de santé et dans leur parcours de vie.

Des projets innovants ont été sélectionnés par un comité d’évaluation national réunissant acteurs institutionnels, associatifs et experts, présélectionnés par les Agences Régionales de Santé (ARS).

Le cahier des charges de cet appel à projet avait été construit sur la base des travaux confiés par Marisol TOURAINE à Christian SAOUT, Secrétaire général délégué du Collectif inter-associatif sur la santé (CISS). Une animation scientifique sera mise en place pour suivre et évaluer ces projets sur cinq ans.

Une nouvelle fenêtre de dépôt de projets sera ouverte début 2017 pour les trois régions dans lesquelles aucun projet n’a été sélectionné à ce jour et pour soutenir d’autres projets dans les régions disposant encore de financements suffisants dédiés à ces expérimentations.

« L’enjeu de ces expérimentations est aussi l’émergence d’une nouvelle vision du rôle du système de santé, appelé à soutenir l’autonomie des personnes et leur capacité à conduire leurs choix de vie librement, malgré leurs vulnérabilités de santé », a déclaré Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Arrêté du 28 novembre 2016 fixant la liste des projets pilotes d’accompagnement à l’autonomie en santé